Évangile :
Chapitre :
Verset :

Matthieu 21, 10 - 16

10Lorsqu'il entra dans Jérusalem, toute la ville fut en émoi; on disait : " Qui est celui-ci? " 11Et les foules disaient : " C'est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée. " 12Jésus entra dans le temple et chassa tous ceux qui vendaient et achetaient dans le temple; il renversa les tables des changeurs et les sièges de ceux qui vendaient les colombes; 13et il leur dit : " Il est écrit : Ma maison sera appelée maison de prière; mais vous, vous en faites une caverne de voleurs. " 14Des aveugles et des boiteux vinrent à lui dans le temple, et il les guérit. 15Mais les grands prêtres et les scribes, voyant les miracles qu'il venait de faire et les enfants qui criaient dans le temple et disaient : " Hosanna au fils de David ! " s'indignèrent, 16et ils lui dirent : " Entendez-vous ce qu'ils disent? Oui, leur dit Jésus. n'avez-vous jamais lu : De la bouche des petits enfants et des nourrissons vous avez préparé une louange ? " 
  • Saint Jérôme
    En voyant Jésus qui fait son entrée au milieu de cette multitude, toute la ville de Jéru salem s'émeut, étonnée de ce grand concours de peuple dont elle ignore le vrai motif: «Et lorsqu'il fut entré dans Jérusalem, toute la ville en fut émue; et chacun se demandait: Quel est celui-ci ?»
  • Saint Jean Chrysostome
    C'est avec raison qu'ils sont émus à la vue de ce spectacle vraiment surprenant, un homme recevait les honneurs dus à Dieu, mais c'était Dieu qui était honoré dans cet h omme. Je pense, toutefois, que ceux qui proclamaient ainsi ses louanges, ne connaissaient pas celui qui en était l'objet, mais que l'Esprit saint, se répandant tout à coup dans leur âme, leur dictait ces paroles de vérité.
  • Origène
    Lorsque Jésus fit son entrée dans Jérusalem, les puissances célestes, dans l'étonnement, di saient: «Quel est ce roi de gloire ?»
  • Saint Jérôme
    Tandis que les autres sont dans le doute et interrogent, c'est le bas peuple qui proclame la royauté de Jésus: «Le peuple, au contraire, disait: «Celui-ci est Jésus», etc. Cette déclaration n'est que le prélude d'une profession de foi plus parfaite, car ils le proclament ce prophète dont Moïse avait prédit l'avènement en disant qu'il serait semblable à lui. ( Dt 18,15-22 ). Ils ajoutent: «De Nazareth en Galilée», parce qu'il y avait été élevé, comme la fleur des champs dans la fleur des vertus.
  • Rabanus Maurus
    Remarquons que l'entrée de Jésus à Jérusalem eut lieu cinq jours avant la Pâque; car saint Jean (chap. 12) ra conte que ce fut six jours avant la Pâque qu'il vint à Béthanie, et que le lendemain il fit son entrée à Jérusalem, monté sur un âne, ce qui nous donne lieu d'admirer la concordance parfaite entre l'Ancien et le Nouveau Testament, non-seulement quant aux faits, mais quant aux temps et aux dates. En effet, c'est le dixième jour du premier mois que l'agneau, qui devait être immolé à la fête de Pâque, était amené dans la maison d'après la loi ( Ex 12,2-3 ), parce que c'était aussi au dixième jour de ce même mois, c'est-à-dire cinq jours avant la fête de Pâque, que le Sauveur devait faire son entrée dans la ville où devait avoir lieu sa passion et sa mort.
  • Saint Jean Chrysostome
    Il était du devoir d'un bon fils de courir d'abord à la maison de son père, pour lui rendre ses hommages. Et vous aussi qui êtes devenu l'imitateur de Jésus-Christ, lorsque vous entrez dans une ville, empressez vous d'aller tout d'abord à l'église. C'était aussi le devoir d'un bon médecin, en entrant dans cette cité malade qu'il voulait sauver, d'aller d'abord à la source du mal. Or, de même que c'est du temple que sort toute espèce de bien, c'est aussi du temple que viennent tous les maux possibles. Si le sa cerdoce a conservé son intégrité, toute l'Eglise est florissante, mais s'il est corrompu, la foi est languissante dans tous les coeurs. Lorsque vous voyez un arbre dont les fleurs jaunissent, vous jugez qu'il est malade dans sa racine; ainsi, lorsque vous voyez un peuple vivant sans règle et sans frein, soyez certain que le sacerdoce est atteint de quelque vice secret. «Et il chassait tous les vendeurs».
  • Saint Jérôme
    Disons tout d'abord que dans toute l'enceinte du temple auguste du Seigneur, où affluait une foule immense de Juifs venus de toutes les parties de la Judée, on immolait, d'après les préceptes de la loi, surtout aux jours de fêtes, une multitude innombrable de victimes, de taureaux, de béliers et de boucs. Les pauvres, pour ne pas rester sans sacrifice, offraient des petits de colombes et des tourterelles. Or, comme ceux qui venaient de loin, n'avaient pas de victimes, les prêtres cherchèrent les moyens d'exploiter la religion du peuple, en faisant commerce de tous les animaux nécessaires pour les sacrifices, d'abord pour les ven dre à ceux qui n'en avaient pas, et pour les reprendre ensuite à ceux qui les avaient achetés. Mais cet artifice, ou plutôt cette fraude qui s'exerçait en sens. contraire, était souvent rendue inutile par l'indigence de ceux qui arrivaient sans avoir de quoi fournir aux frais des sacrifices, et qui n'avaient ni victimes, ni argent pour en acheter. Ils établirent donc des comptoirs de changeurs qui prêtaient de l'argent sous caution. Mais la loi, défendant de prêter à usure, ils ne retiraient ainsi aucun avantage de leur argent prêté, et ils perdaient quelquefois le capital; ils eurent donc recours à un autre artifice; à la placé des changeurs, ils mirent des collybistes , terme dont la langue latine n'explique pas la propriété, le mot collybe signifie chez les Juifs ce que nous appelons desserts ou petites denrées, comme sont les pois chiches grillés, les raisins secs, les fruits de toute espèce. Ce nouveau genre d'usuriers, ne pouvant recevoir l'intérêt de leur prêt, recevaient à la place toute espèce de denrées, et ce qu'il leur était défendu de rece voir en argent, ils le recevaient en denrées qui s'achètent avec de l'argent, comme si le prophète Ezéchiel n'avait pas défendu formellement ce trafic: «Vous ne prêterez point à usure, et vous ne recevrez rien au delà de ce que vous avez prêté». Or, le Seigneur, voyant dans la maison de son Père, ce commerce illicite, ou plutôt ce brigan dage, poussé par une sainte ardeur, chasse du temple cette innombrable multitude.
  • Origène
    Nous devons apprendre de là que ceux qui se réunissent dans la maison de prière, doivent le faire, non pour vendre ou pour acheter, mais pour prier. «Et il leur dit: Il est écrit: Ma mai son sera appelée une maison de prière».
  • Saint Augustin
    Que personne donc ne s'occupe dans l'oratoire ou dans le lieu de la prière, d'autre action que de celle qui est sa raison d'être, et qui lui a donné son nom.
  • Saint Jérôme
    En effet, on est un voleur, et on fait du temple de Dieu une caverne de voleurs, lorsqu'on fait de la religion un instrument de trafic et de gain. Pour moi, de tous les miracles que le Seigneur a opérés, celui-ci me paraît le plus admirable, c'est-à-dire qu'un seul homme, qui était alors un objet de mépris, à ce point qu'il fut bientôt crucifié, en présence des scribes et des pharisiens déchaînés contre lui, et qui le voyaient détruire tout le fruit de leur infâme trafic, ait pu, armé seulement d'un fouet, chasser toute cette multitude. Sans doute, un feu céleste rayonnait de ses yeux, et la splendeur de la majesté divine reluisait sur son visage.
  • Saint Augustin
    Il est, du reste, incontestable que ce prodige s'est répété deux fois, dans une première circonstance ra contée par saint Jean (2), et dans cette dernière, rapportée par les trois autres Évangélistes ( Mc 11,45 Lc 19,45-47 ).
  • Saint Jean Chrysostome
    Et c'est ce qui rend les Juifs plus coupables, eux qui ont persévéré dans leur conduite insensée après avoir été deux fois témoins de ce prodige.
  • Origène
    Dans le sens mystique, le temple de Dieu c'est l'Église de Jésus-Christ. Il en est beaucoup dans son sein qui, au lieu de vivre spirituellement comme ils le devraient, sont encore esclaves de la chair, et qui, de cette maison de prière construite avec des pierres vivantes, font par leurs acte s une caverne de voleurs. S'il faut expliquer d'une manière plus précise quelles sont ces trois espèces de gens que Notre-Seigneur a chassés du temple, nous dirons: Les chrétiens, qui ne s'occupent toute leur vie que d'acheter et de vendre, et qui ne s'appliquent presque jamais à la prière ou aux autres bonnes oeuvres, sont ceux qui vendent et qui achètent dans le temple de Dieu. Les diacres qui n'administrent pas fidèlement les revenus de l'Église, et qui s'enrichissent du bien des pauvres, sont les changeurs dont Jésus-Christ renverse les tables couvertes d'argent. (Nous voyons, en effet, dans les Actes, que les diacres étaient préposés aux tables dressées pour les pauvres, à l'aide des revenus de l'Église) ( Ac 6,16 ). Les évêques, qui livrent la direction des églises à ceux qui en sont indignes, sont figurés par ceux qui vendent des colombes, c'est-à-dire la grâce de l'Esprit saint, et dont le Sauveur renverse les siéges.
  • Saint Jérôme
    A prendre les choses simplement, d'après ce qui avait lieu, les colombes n'étaient pas sur des chaires, mais dans des cages, à moins qu'on ne dise que les marchands de colombes étaient assis dans des chaires, ce qui est absurde. Les chaires signifient bien plus naturellement la dignité de ceux qui enseignent, dignité dont ils détruisent le prestige en se laissant aller à l'amour du gain. Observez aussi que par suite de l'avarice des prêtres, les autels du vrai Dieu sont appelés justement des tables de changeurs. Or, ce que nous disons des Églises, que chacun de nous se l'applique à soi-même; car l'Apôtre nous dit ( 2Co 6,16 ): «Vous êtes le temple de Dieu». Qu'il n'y ait donc dans la demeure de votre coeur ni esprit de trafic, ni désir des richesses, de peur que Jésus n'en sorte plein de colère et de sévérité, et qu'il ne puisse le purifier autrement qu'en employant Je fouet, pour faire de cette caverne de voleurs une maison de prière.
  • Origène
    Ou bien ce sera lors de son second avènement qu'il chassera, ou qu'il renver sera tous les gens indignes qu'il trouvera dans le temple de Dieu.
  • Saint Jean Chrysostome
    Il renverse les tables des changeurs pour nous apprendre encore que dans le temple de Dieu, il ne doit y avoir que des pièces de monnaies spirituelles qui sont à l'image de Dieu, et qui ne portent aucune empreinte terrestre. E n renversant les tables de ceux qui vendaient des colom bes, Jésus semble dire par cette action: Que font dans le temple toutes ces colombes que l'on vend, alors que la colombe unique, qui se donne gratuitement, est descendue dans le temple de mon corps.
  • Origène
    Dans le temple de Dieu, c'est-à-dire dans l'Église, tous ne voient pas, tous, non plus, ne marchent pas droit; mais ceux qui, parmi ces infirmes, comprennent qu'ils n'ont besoin pour être guéris que du secours du Christ, obtiennent leur guérison en s'approchant du Verbe de Dieu.
  • Saint Rémi
    Ils sont guéris dans le-temple, ce qui signifie que les hommes ne peuvent être guéris que dans l'Église qui a reçu de Dieu le pouvoir de lier et de délier.
  • Saint Jérôme
    S'il n'avait pas renversé les tables des changeurs, et les siéges de ceux qui vendaient des colombes, jamais ni les aveugles ni les boiteux n'auraient pu obtenir les uns le bienfait de la vue, les autres le libre usage de leurs membres.
  • Saint Jean Chrysostome
    Cependant les princes des prêtres ne se rendent pas à tant d'évidence, mais les autres prodiges qu'il a opérés, et ses louanges que les enfants proclament, ne font qu'augmenter leur indignation. «Mais les princes des prêtres, voyant», etc.
  • Saint Jérôme
    Ils n'osent se saisir de sa personne, ils s'attachent donc à calomnier ses oeuvres ainsi que le té moignage que lui rendaient le peuple et les enfants qui criaient: «Hosanna au Fils de David ! béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !» parce qu'on ne peut ainsi parler que du Fils de Dieu seul. Que les évêques et les autres saints personnages considèrent à quel danger ils s'exposent en acceptant de semblables louanges, puisque dans un temps où la foi des fidèles n'était pas encore bien-affermie, on en fait un crime au Seigneur, à qui elles convenaient si justement à toute sorte de titres.
  • Saint Jean Chrysostome
    De même qu'une colonne, pour peu qu'elle penche d'un côté, s'incline bien davantage lorsqu'on la surcharge d'un nouveau poids, ainsi le coeur humain, qui est déjà perverti, loin de s'affermir dans le bien, conçoit une jalousie bien plus violente lorsqu'il voit ou lorsqu'il entend louer les oeuvres d'un homme juste, telle fut la cause de la jalousie des prêtres contre Jésus-Christ, lorsqu'ils viennent lui dire: «Entendez-vous bien ce que disent ces enfants».
  • Saint Jérôme
    Mais la réponse de Jésus fut pleine de modération, il ne dit point (ce que les scribes auraient bien désiré): «Ces enfants font bien de me rendre témoignage»,il ne dit pas non plus: «Ils se trompent, ce sont des en fants, vous devez pardonner à leur âge». Mais il cite un passage du Psaume 8, pour que le témoignage des Écritures, suppléant à son silence, vienne confirmer les paroles des enfants: «Oui, leur dit Jésus, mais n'avez-vous pas lu: Vous avez tiré la louange la plus parfaite de la bouche des petits enfants et de ceux qui sont à la mamelle».
  • Saint Jean Chrysostome
    C'est-à-dire: «Soit, qu'il y ait de ma faute à ce que les enfants poussent ces cris; est-ce ma faute aussi, si tant de mille ans auparavant, le prophète avait prédit cet événement ?» Or, comme les enfants, et ceux qui sont à la mamelle, ne peuvent ni connaître ni louer personne, on donne ce nom d'enfants à ceux qui le sont, non par leur âge, mais par la simplicité de leur coeur, et on dit qu'ils sont à la mamelle, parce qu'ils faisaient entendre ces cris, excités par la joie qu'ils éprouvaient à la vue de ces merveilles, comme des enfants charmés par la douceur du lait qui les nourrit. On peut comparer, en effet, les miracles au lait, car ils n'occasionnent aucun travail à ceux qui en sont témoins, mais leur vue seule les remplit d'admiration et de joie, et les attire doucement à la foi. Le pain, au contraire, c'est la doctrine de la justice parfaite, et on ne peut s'en nourrir que lorsque l'esprit s'est longtemps exercé dans les choses spirituelles.
  • Saint Jean Chrysostome
    Nous trouvons là encore une figure des Gentils, et en même temps le sujet d'une grande consolation pour les Apôtres. Ils pouvaient être inquiets de la ma nière dont ils annonçaient l'Évangile, eux qui étaient sans instruction; l'exemple de ces enfants dissipe leur crainte, en leur apprenan t que celui qui a mis la louange sur leurs lèvres leur donnera également la puissance de la parole. Ce miracle prouve encore que le Christ est le Créa teur de la nature, car les enfants font entendre des paroles pleines d'une haute signification, tandis que le langage des hommes faits ne respire que la folie et la colère.

Ce site veut vous aider à mieux comprendre les Évangiles grâce aux précieux commentaires des Pères de l'Église. Ces commentaires proviennent d'aussi loin que le IIIe siècle, jusqu’à leur compilation par saint Thomas d’Aquin dans un ouvrage intitulé la Chaîne d’or (Catena aurea) au XIIIe siècle.

Les textes des Évangiles sont tirés de la Bible catholique Crampon
Les textes des commentaires sont une traduction par l’Abbé J-M Peronne, Louis Vivès éditeur, 9 rue Delambre, 1868

Cet outil a été conçu par Miguel Morin.