Évangile :
Chapitre :
Verset :

Matthieu 8, 10 - 13

10Ce qu'entendant, Jésus fut dans l'admiration, et il dit à ceux qui le suivaient : " Je vous le dis en vérité : dans Israël, chez personne je n'ai trouvé une si grande foi. 11Or je vous le dis : beaucoup viendront de l'Orient et de l'Occident, et prendront place au festin avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux, 12tandis que les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres extérieures : là seront les pleurs et le grincement de dents. " 13Et Jésus dit au centurion : " Va, et qu'il te soit fait selon ta foi ! " Et à l'heure même le serviteur se trouva guéri. 
  • Saint Jean Chrysostome
    Le lépreux avait confessé la puissance de Jésus-Christ en lui disant : « Seigneur, si vous voulez, vous pouvez me guérir, » et Notre-Seigneur avait confirmé ces paroles en lui répondant : « Je le veux, soyez guéri ; » de même ici, non-seulement il ne blâme pas, mais il relève avec éloge le témoignage que le centurion vient de rendre à sa puissance. Il fait même quelque chose de plus, car l'Évangéliste, voulant faire ressortir l'étendue de cet éloge, ajoute : « Jésus, entendant ces paroles, » etc.
  • Origène
    Considérez la grandeur, l'excellence de ce que le Fils unique de Dieu, Dieu lui-même, daigne admirer. L'or, les richesses, les royaumes, les empires sont devant lui comme une ombre ou comme une fleur qui tombe. Aucune de ces choses n'a droit à l'admiration de Dieu par sa grandeur ou par son prix ; la foi seule a ce privilège, il l'admire, il lui rend hommage, il proclame qu'elle lui est agréable.
  • Saint Augustin
    Mais qui avait produit en lui cette foi, si ce n'est Dieu même qui l'admirait ? Et si un autre que lui en était l'auteur, pourquoi donc admirer ce qu'il avait dû prévoir ? Si donc le Seigneur donne ces marques d'admiration, c'est pour nous apprendre à ressentir nous-mêmes ces sentiments d'admiration dont nous avons encore besoin. Pour Jésus-Christ, au contraire, ces mouvements n'étaient pas le signe d'une âme agitée, mais ils tenaient à la forme même de son enseignement.
  • Saint Jean Chrysostome
    Voilà pourquoi l'Évangéliste nous dit qu'il fut dans l'admiration en présence de tout le peuple, afin de lui donner l'exemple : « Et il dit à ceux qui le suivaient ; Je vous le dis en vérité, » etc.
  • Saint Augustin
    Il fit l'éloge de sa foi, mais il ne lui commanda pas d'abandonner la carrière des armes. 
  • Saint Jérôme
    Notre-Seigneur ne parle ici que de ceux qui vivaient alors, et non pas de tous les patriarches et de tous les prophètes des temps anciens.
  • Saint Jean Chrysostome
    En effet, André crut en Jésus-Christ, mais à la parole de Jean qui lui disait : « Voici l'Agneau de Dieu. » Pierre crut également, mais sur le témoignage d'André ; Philippe crut aussi, mais après avoir lu les Écritures, et Nathanaël n'offrit à Jésus l'hommage de sa foi qu'après avoir reçu de lui une preuve de sa divinité.
  • Origène
    Jaïre, un des princes d'Israël, venant prier Jésus pour sa fille, ne lui dit pas : « Dites seulement une parole, » mais : « Venez au plus vite. » Nicodème, écoutant les divines leçons du Sauveur sur le mystère de la foi, s'écria : « Comment cela peut-il se faire ? » Marthe et Marie disent à Jésus : « Seigneur, si vous aviez été ici, mon frère ne fut pas mort, » et elles semblent douter que la puissance divine pût s'étendre à tous les lieux.
  • Saint Jean Chrysostome
    Si nous voulons reconnaître dans le centurion une foi plus grande que dans les Apôtres, il nous faut entendre le témoignage de Jésus-Christ en ce sens que le bien dans un homme doit se mesurer à sa position personnelle ; c'est ainsi que nous admirons une parole sage dans la bouche d'un homme sans instruction, tandis qu'elle n'aura rien d'étonnant dans celle d'un philosophe. C'est dans ce sens que Jésus a dit du centurion : « Je n'ai trouvé nulle part autant de foi dans Israël. »
  • Saint Jean Chrysostome
    En effet, la foi n'avait ni la même facilité, ni le même mérite pour un juif et pour un païen.
  • Saint Jérôme
    Ou bien peut-être dans la personne du centurion, le Sauveur exalte la foi des Gentils au-dessus de celle d'Israël, comme paraissent l'indiquer ces paroles : « Je vous le dis en vérité, plusieurs viendront de l'Orient. »
  • Saint Augustin
    Il ne dit pas tous, mais un grand nombre, et de l'Orient comme de l'Occident, c'est-à-dire de l'univers entier, qui est désigné par ces deux parties du monde.
  • Haymon
    Ou bien ceux qui viennent de l'Orient sont ceux qui abandonnent le monde immédiatement après avoir été éclairés des lumières de la foi ; ceux qui viennent de l'Occident sont ceux qui ont souffert persécution pour la foi jusqu'à la mort. Ou bien encore, celui-ci vient de l'Orient parce qu'il a commencé à servir Dieu dès son enfance ; celui-là vient de l'Occident lorsqu'il se convertit à Dieu dans son extrême vieillesse.
  • Origène
    Mais comment Notre-Seigneur dit-il ailleurs qu'il y en a peu d'élus ? C'est qu'en effet dans chaque génération il y a un petit nombre d'élus, mais au jour où Dieu visitera le monde, lorsque les élus de toutes les générations seront réunis, le nombre en sera considérable. Et ils s'asseoiront, non pas en étendant leurs membres, mais en reposant leur âme fatiguée, non pas à des tables chargées des boissons de la terre, mais à la table des festins éternels ; ils prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob dans le royaume des cieux, où se trouvent la lumière, l'allégresse, la gloire et la longévité de la vie éternelle.
  • Saint Jérôme
    Comme le Dieu d'Abraham, créateur du ciel, est le Père du Christ, Abraham se trouve dans le royaume des cieux, et avec lui viendront s'asseoir les nations qui ont cru en Jésus-Christ Fils du Créateur.
  • Saint Augustin
    En même temps que nous voyons les chrétiens appelés au festin du ciel, dont la justice est le pain, la sagesse le breuvage, nous voyons la réprobation des Juifs annoncée dans ces paroles : « Les enfants du royaume, au contraire, seront jetés dans les ténèbres extérieures ; » c'est-à-dire les Juifs qui ont reçu la loi, qui célèbrent dans leurs cérémonies figuratives les mystères futurs, et qui ne les ont point reconnus lorsqu'ils s'accomplissaient.
  • Saint Jérôme
    Ou bien il appelle les Juifs les enfants du royaume, parce que Dieu avait autrefois régné sur eux.
  • Saint Jean Chrysostome
    Ou bien ces fils du royaume sont ceux pour qui le royaume était préparé, ce qui devait produire sur eux une plus vive impression.
  • Saint Augustin
    Si donc Moïse n'a fait connaître au peuple d'Israël d'autre Dieu que le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, et que le Christ ne leur en prêche pas d'autre, on ne peut l'accuser d'avoir détourné ce peuple du culte de son Dieu. Donc, lorsqu'il les menace d'être précipités dans les ténèbres extérieures, c'est qu'il les voyait s'éloigner eux-mêmes de leur Dieu, dans le royaume duquel il nous montre toutes les nations appelées à prendre place avec Abraham, Isaac et Jacob, en récompense de la foi qu'ils ont toujours gardée au Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. Et dans ce témoignage que leur rend le Sauveur, nous ne voyons pas qu'ils aient attendu à la mort pour se convertir à Dieu, ou qu'ils n'aient été justifiés qu'après sa passion.
  • Saint Jérôme
    Il appelle ces ténèbres extérieures, parce que celui qui est chassé dehors par le Sauveur est abandonné par la lumière.
  • Haymon
    Que souffre-t-on dans ces ténèbres ? Notre-Seigneur nous l'apprend dans les paroles suivantes : « Il y aura là des pleurs et des grincements de dents. » Il décrit les tourments des damnés à l'aide d'une métaphore empruntée aux souffrances du corps. En effet, les yeux atteints par la fumée versent des larmes ; de même un froid très vif donne lieu à un grincement de dents ; preuve que les réprouvés dans l'enfer auront à supporter à la fois et une chaleur intolérable, et un froid des plus aigus, selon cette parole de Job : « Ils passeront des eaux de la neige à une excessive chaleur. »
  • Saint Jérôme
    Si les pleurs ne peuvent sortir que des yeux, si le grincement de dents prouve l'existence des os, il y aura donc résurrection véritable des corps et des mêmes membres qui auront été soumis à la mort.
  • Rabanus Maurus
    Ou bien ce grincement de dents exprime un sentiment d'indignation, et ce mouvement (le repentir tardif et de colère après coup qu'éprouveront les réprouvés à la vue de leur opiniâtre persistance dans le mal.
  • Saint Rémi
    Ou bien ces ténèbres extérieures figurent les nations étrangères, car au point de vue historique Notre-Seigneur prédit ici la ruine des Juifs, qui en punition de leur infidélité, devaient être emmenés captifs, et dispersés dans les différentes contrées de la terre. Or, comme les pleurs naissent ordinairement sous l'impression d'une ardente chaleur, et le grincement des dents sous l'action d'un froid aigu, les pleurs désignent ceux qui habiteront les contrées brûlantes de l'Inde et de l'Éthiopie, et le grincement de dents ceux qui seront exilés dans des pays plus froids comme l'Hircanie et la Scythie.
  • Saint Jean Chrysostome
    Les paroles du Sauveur ne sont pas un vain éloge de la foi dont il vient de faire voir la nécessité ; aussi sont-elles suivies d'un miracle que l'Évangéliste raconte ainsi : « Et Jésus dit au centurion : Allez, et qu'il vous soit fait comme vous avez cru. »
  • Rabanus Maurus
    C'est-à-dire, cette grâce vous est accordée dans la mesure de votre foi. » Le mérite du maître peut seconder le mérite du serviteur non seulement sous le rapport de la foi, mais encore dans l'observance de la loi. Voilà pourquoi l'Évangéliste ajoute : « Et le serviteur fut guéri dès ce moment. »
  • Saint Jean Chrysostome
    Admirez cette promptitude, car ce n'est pas seulement la guérison, mais la guérison imprévue, instantanée, qui fait éclater la puissance du Christ.
  • Saint Augustin
    Le Seigneur n'est pas entré dans la maison du centurion, il en était absent corporellement, et la présence seule de sa majesté a guéri le serviteur ; ainsi n'a-t-il paru sous une forme extérieure qu'au milieu du peuple juif ; il n'a point renouvelé pour les autres nations les merveilles de sa naissance virginale, de sa passion, de ses souffrances, de ses miracles, et cependant ce que le roi-prophète avait prédit s'est trouvé accompli : « Le peuple qui ne me connaissait pas m'a servi, il m'a obéi aussitôt qu'il a entendu ma voix. » Le peuple juif l'a connu et l'a crucifié, l'univers n'a fait que l'entendre et a cru en lui.

Ce site veut vous aider à mieux comprendre les Évangiles grâce aux précieux commentaires des Pères de l'Église. Ces commentaires proviennent d'aussi loin que le IIIe siècle, jusqu’à leur compilation par saint Thomas d’Aquin dans un ouvrage intitulé la Chaîne d’or (Catena aurea) au XIIIe siècle.

Les textes des Évangiles sont tirés de la Bible catholique Crampon
Les textes des commentaires sont une traduction par l’Abbé J-M Peronne, Louis Vivès éditeur, 9 rue Delambre, 1868

Cet outil a été conçu par Miguel Morin.