Évangile :
Chapitre :
Verset :

Matthieu 27, 39 - 44

39Et les passants l'injuriaient en hochant la tête 40et disant : " Toi, qui détruis le sanctuaire et le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même, si tu es Fils de Dieu et descends de la croix ! " 41De même, les grands prêtres aussi se moquaient de lui, avec les scribes et les anciens, disant : 42" Il en a sauvé d'autres, il ne peut se sauver lui-même ! Il est roi d'Israël, qu'il descende maintenant de la croix, et nous croirons en lui ! 43Il a mis sa confiance en Dieu; s'il l'aime, qu'il le délivre maintenant, car il a dit : Je suis Fils de Dieu ! " 44Les brigands aussi, crucifiés avec lui, l'insultaient de la même manière. 
  • Saint Jean Chrysostome
    Les ennemis du Sauveur ne se contentent pas de le dépouiller de ses vê tements et de le crucifier, ils vont plus loin, et, en le voyant attaché à la croix, ils osent encore le couvrir d'outrages. «Or, les passants le blasphémaient en branlant la tête»,etc.
  • Saint Jérôme
    Ils le blasphémaient, parce qu'ils marchaient en dehors de la voie, et qu'ils ne vou laient pas entrer dans le véritable chemin des Écritures; ils branlaient la tête, parce que leurs pieds chancelaient depuis longtemps et ne s'appuyaient plus sur la pierre ( Ps 72,2 Ps 39,3 ). Le peuple insensé se joint à eux pour l'insulter, en répétant les inventions des faux témoins: «Et ils lui disaient: Vah ! Toi qui détruit le temple de Dieu», etc.
  • Saint Rémi
    Vah ! est une interjection qui exprime l'insulte et la moquerie.
  • Saint Hilaire
    Quel pardon pourront-ils espérer lorsqu'après trois jours ils verront le temple de Dieu rebâti dans la résurrection du Sauveur.
  • Saint Jean Chrysostome
    Ils semblent même vouloir rabaisser ses anciens miracles: «Que ne te sauves-tu toi-même? Situ es le Fils de Dieu, descends de la croix».
  • Saint Jean Chrysostome
    Mais, au contraire, c'est justement parce qu'il est le Fils de Dieu qu'il ne descend pas de la croix, car il n'est venu sur la terre qu'afin d'être crucifié pour notre salut.
  • Saint Jérôme
    Les scribes et les pharisiens sont forcés de confesser qu'il a sauvé les autres. Vous êtes donc condamnés par vos propres paroles, car celui qui a sauvé les autres pourrait se sauver lui-même s'il le voulait. - Suite. «S'il est roi d'Israël, qu'il descende maintenant de la croix, et nous croirons en lui».
  • Saint Jean Chrysostome
    Écoutez cette voix des enfants, quelle fidèle imitation de celle du Père. Le démon disait: «Jettes-toi en bas, si tu es le Fils de Dieu», et les Juifs: «Si tu es le Fils de Dieu, descends de la croix».
  • Saint Léon le Grand
    A quelle source d'erreurs, ô Juifs, avez-vous puisé ces blas phèmes empoisonnés? Quel maître vous a enseigné, quelle doctrine vous a persuadé que vous ne deviez reconnaître pour roi d'Israël et pour Fils de Dieu que celui qui ne permettrait pas qu'on le crucifie, ou qui détacherait son corps des clous qui perçaient ses pieds et ses mains sur la croix? Ce n'est pas ce que vous ont annoncé les oracles prophétiques, car vous y avez vrai ment lu: «Je n'ai point détourné mon visage des crachats ignominieux», et encore: «Ils ont percé mes pieds et mes mains, et ils ont compté tous mes os» ( Ps 22,18 ). Est-ce que vous avez lu quelque part: Le Seigneur est descendu de la croix? N'avez-vous pas lu au contraire: «C'est par le bois que le Seigneur a régné ?»
  • Rabanus Maurus
    S'il eût cédé à cette injurieuse invitation, il ne nous eût pas fait voir toute l'étendue de sa patience; mais il attendit quelque temps, supporta toutes ces railleries, et, après avoir refusé de descendre de la croix, il sortit du tom beau glorieusement ressuscité.
  • Saint Jérôme
    Ils ajoutent: «Et nous croirons en lui», promesse pleine de mensonge, car qui exige plus de puissance, de descendre vivant de la croix, ou de s'arracher aux bras de la mort dans le tombeau? Or, il est ressuscité et vous n'avez pas cru en lui; donc, s'il descendait de la croix, vous ne croiriez pas davantage. Mais, en tenant ce lan gage, ils obéirent à l'inspiration des démons, car, aussitôt que le Seigneur fut crucifié, ils éprouvèrent la vertu de sa croix; ils comprirent que leur puissance était brisée, et ils font tous leurs efforts pour que le Sauveur descende de la croix. Mais Notre-Seigneur, qui connaissait les ruses de ses ennemis, reste attaché sur la croix, pour détruire la puissance du démon. «Il met sa confiance en Dieu; si donc Dieu l'aime, qu'il le délivre maintenant».
  • Saint Jean Chrysostome
    O hommes profondément corrompus, est-ce que les prophètes et les justes avaient cessé d'être prophètes et justes, parce que Dieu ne les a pas délivrés du danger? Or, si les épreuves et les souffrances, que vous avez accumulées sur leur tête, n'on t pu en rien obscurcir leur gloire, combien moins les souffrances de cet homme devaient-elles vous scandaliser, car toutes ses paroles tendaient à éloigner ces doutes de votre esprit. «Il a dit: Je suis le Fils de Dieu». Ils veulent persuader par là qu'il a été condamné pour avoir voulu séduire et tromper, et comme un homme plein d'orgueil qui se glorifie dans ses vaines préten tions. Or, non-seulement les Juifs et les soldats, qui étaient au bas de la croix, en faisaient l'objet de leurs risées, mais aussi, à ses côtés, les voleurs qui étaient crucifiés avec lui: «Les voleurs qui étaient crucifiés avec lui lui faisaient les mêmes reproches».
  • Saint Augustin
    Au premier abord, il semblerait que saint Luc est ici en contradiction avec saint Matthieu, puisqu'il rapporte que l'un des voleurs blasphémait contre Jésus, ce que l'autre reprochait à son compagnon. Mais il faut nous rappeler que saint Mat thieu, abrégeant singulièrement son récit, a mis le pluriel pour le singulier, comme nous le voyons dans ce passage de l'Epître aux Hébreux: «ils ont fermé la gueule des lions», alors qu'il ne s'agissait que du seul Daniel ( Jg 14,6 1S 17 Da 16 ). Quelle expression plus ordinaire que celle-ci Ces rustres m'insultent, bien qu'on ne veuille parler que d'un seul? Il y aurait contradiction, si saint Matthieu avait dit que les deux voleurs outrageaient le Seigneur; mais comme il dit simplement: «Les voleurs», sans ajouter: les deux, il faut en conclure que, selon l'usage ordinaire, il s'est servi du pluriel pour le singulier.
  • Saint Jérôme
    Ou bien, on peut dire encore que tous deux commencèrent par blasphémer; mais, qu'après avoir vu le soleil s'obscurcir, la terre trembler, les rochers se fendre ou se renverser, les ténèbres se répandre sur la terre, l'un d'eux crut en Jésus et racheta son incrédulité et ses premiers blas phèmes par la confession qu'il fit ensuite de la divinité du Sauveur.
  • Saint Jean Chrysostome
    Et ne pensez pas que tout cela soit l'effet d'un arrangement concerté à l'avance, et qu e celui qui passait pour un voleur ne le fût pas en effet; les outrages dont il ne craint pas de couvrir Jésus-Christ prouvent que, jusque sur la croix, il avait les sentiments d'un voleur et d'un ennemi de Jésus-Christ, et cependant il fut changé en un seul instant.
  • Saint Hilaire
    Ces deux voleurs, qui-lui reprochent les humiliations de sa passion, sont un signe que la croix sera aussi un sujet de scandale pour tous les fidèles ( 1Co 1,23 ).
  • Saint Jérôme
    Ou bien, ces deux voleurs représentent les deux peuples, Juif et Gentil, qui, tous deux, ont d'abord blasphémé le Seigneur; mais ensuite l'un d'eux, effrayé par la multitude des miracles dont il était témoin, fit pénitence, et, jusqu'à ce jour, il reproche aux Juifs leurs blasphèmes.
  • Origène
    Le larron qui a été sauvé est encore le symbole de ceux qui, après une vie pleine d'iniquités, ont embrassé la foi en Jésus-Christ.

Ce site veut vous aider à mieux comprendre les Évangiles grâce aux précieux commentaires des Pères de l'Église. Ces commentaires proviennent d'aussi loin que le IIIe siècle, jusqu’à leur compilation par saint Thomas d’Aquin dans un ouvrage intitulé la Chaîne d’or (Catena aurea) au XIIIe siècle.

Les textes des Évangiles sont tirés de la Bible catholique Crampon
Les textes des commentaires sont une traduction par l’Abbé J-M Peronne, Louis Vivès éditeur, 9 rue Delambre, 1868

Cet outil a été conçu par Miguel Morin.