Évangile :
Chapitre :
Verset :

Matthieu 26, 47 - 50

47Comme il parlait encore, voilà que Judas, l'un des Douze, arriva, et avec lui une foule nombreuse armée de glaives et de bâtons, envoyée par les grands prêtres et les anciens du peuple. 48Celui qui le trahissait leur avait donné un signe : " Celui à qui je donnerai un baiser, c'est lui : arrêtez-le. " 49Et aussitôt, s'avançant vers Jésus, il dit : " Salut, Rabbi ! ", et il lui donna un baiser. 50Jésus lui dit : " Ami, tu es là pour cela ! " Alors ils s'avancèrent, mirent la main sur Jésus et le saisirent. 
  • La Glose
    L'Évangéliste vient de nous dire que le Seigneur avait été lui-même au-devant de ses persécuteurs; il nous raconte maintenant comment ils se saisirent de sa personne: «il par lait encore, lorsque Judas, un des douze», etc.
  • Saint Rémi
    Un des douze, c'est-à-dire qu'il était numériquement un des douze, mais qu'il ne méritait pas d'en faire partie, circonstance que l'auteur sacré relève pour faire ressortir l'énormité du crime de Judas qui, d'apôtre, était deve nu un traître: «Et avec lui une grande troupe de gens armés d'épées et de bâtons». Pour nous montrer que c'était l'envie qui avait ordonné de se saisir de Jésus, l'Évangéliste ajoute: «Qui avaient été envoyés par les princes des prêtres, et par les anciens du peuple».
  • Origène
    On pourrait dire qu'ils avaient envoyé cette grande troupe pour se saisir de lui, à cause du grand nombre de ceux qui croyaient en lui, et dans la crainte que cette multitude ne vînt à le délivrer de leurs mains. Mais pour moi, je pense que ce fut pour un autre motif, et parce qu'étant per suadés qu'il chassait les démons par Béelzébub, ils s'imaginaient qu'il pourrait, à l'aide de quelques maléfices, s'échapper des mains de ceux qui venaient s'emparer de lui. Il en est en core beaucoup qui combattent contre Jésus, armés de glaives spirituels, c'est-à-dire répandant sur Dieu des erreurs nombreuses et variées. «Or, celui qui le trahit leur avait donné ce si gne: «Celui que je baiserai», etc. il n'est pas inutile de rechercher pourquoi Judas donna un signe pour faire connaître Jésus, alors que sa figure était connue de tous les habitants de la Judée. Or, d'après une tradition qui est parvenue jusqu'à nous, Jésus se manifestait sous deux formes extérieures, l'une sous laquelle tout le monde le voyait; l'autre, sous laquelle il apparut lors de sa transfiguration sur la montagne. De plus, il se manifestait à chacun selon qu'il en était digne, et de même qu'il est écrit de la manne qu'elle avait pour chacun le goût qu'il sou haitait, ainsi le Verbe de Dieu ne se manifeste pas à tous de la même manière. Ce sont ces di verses transfigurations qui rendaient nécessaire un signe pour le faire reconnaître.
  • Saint Jean Chrysostome
    Ou bien, il leur donna un signe, parce que souvent il s'était échappé de leurs mains, sans qu'ils s'en aperçussent, et c'est ce qu'il eût encore fait, s'il l'eût voulu.
  • Rabanus Maurus
    Le Sauveur reçoit le baiser du traître, non pour nous apprendre à user de feinte et de dissimulation, mais parce qu'il ne voulait point paraître se dérober à la trahison.
  • Origène
    Si l'on demande pourquoi Judas a trahi Jésus par un baiser, nous répondons que selon quelques-uns ce fut pour conserver les marques extérieures de respect à l'égard de son maître, sur lequel il n'osait se jeter publiquement; selon d'autres, c'est parce qu'il craignit qu'en se déclarant ouvertement son ennemi, il ne fût cause qu'il ne lui échappât, puisque dans sa pensée le Sauveur pouvait se dérober au danger qui le menaçait et se rendre invisible. Pour moi, je pense que tous ceux qui trahissent la vérité, la trahissent par un baiser et en affectant un amour hypocrite pour elle. Tous les hérétiques disent aussi à Jésus, comme Judas: «Je vous salue, Maître». Or, Jésus lui fait une réponse pleine de douceur: «Et Jésus lui répondit: Mon ami, dans quel dessein êtes-vous venu ?» Il l'appelle «mon ami», pour lui reprocher son hypocrisie, car nous ne voyons dans l'Écriture aucun juste appelé de ce nom ( Ct 5 2Ch 20 Jdt 8 Is 41 ), tandis que le Père de famille dit au convive qui n'avait pas la robe nuptiale: «Mon ami, comment êtes-vous entré ici ?» ( Mt 22,12 ); et ailleurs, à l'un des ouvriers qui murmu raient: «Mon ami, je ne vous fais pas de tort» ( Mt 20,13 )
  • Saint Augustin
    Jésus lui dit: «Dans quel dessein êtes-vous venu ici ?» C'est-à-dire, vous me donnez un baiser et vous me trahissez. J e sais pourquoi vous êtes venu, vous feignez d'être mon ami, alors que vous n'êtes qu'un traître.
  • Saint Rémi
    Ou bien, en lui disant: «Ami, qu'êtes-vous venu faire ici»,il sous-entend: Faites ce pourquoi vous êtes venu. «Alors ils s'avancèrent, se jetèrent sur Jésus et se saisirent de lui». Alors, c'est-à-dire quand il le leur permit, car bien souvent ils en eurent le désir sans pouvoir l'exécuter.
  • Rabanus Maurus
    Tressaille de joie, ô chrétien, tu as gagné au trafic de tes ennemis, et tu as acquis ce que Judas a vendu et ce que le Juif a acheté.

Ce site veut vous aider à mieux comprendre les Évangiles grâce aux précieux commentaires des Pères de l'Église. Ces commentaires proviennent d'aussi loin que le IIIe siècle, jusqu’à leur compilation par saint Thomas d’Aquin dans un ouvrage intitulé la Chaîne d’or (Catena aurea) au XIIIe siècle.

Les textes des Évangiles sont tirés de la Bible catholique Crampon
Les textes des commentaires sont une traduction par l’Abbé J-M Peronne, Louis Vivès éditeur, 9 rue Delambre, 1868

Cet outil a été conçu par Miguel Morin.