Évangile :
Chapitre :
Verset :

Matthieu 26, 20 - 25

20Le soir venu, il se met à table avec les douze [disciples]. 21Pendant qu'ils mangeaient, il dit : " Je vous le dis en vérité, un de vous me trahira " 22Et, profondément attristés, ils se mirent à lui dire, chacun de son côté : " Serait-ce moi, Seigneur? " 23Il répondit : " Celui qui a mis avec moi la main au plat celui-là me trahira ! 24Le Fils de l'homme s'en va, selon ce qui est écrit de lui; mais malheur à l'homme par qui le Fils de l'homme est trahi ! Mieux vaudrait pour cet homme-là qu'il ne fût pas né. " 25Judas, qui le trahissait, prit la parole et dit : " Serait-ce moi, Rabbi? Tu l'as dit, " répondit-il 
  • Saint Jérôme
    Le Sauveur, non content d'avoir annoncé sa passion à ses disciples, leur prédit mainte nant celui qui doit le trahir; il lui offre ainsi l'occasion de faire pénitence; car en lui montrant qu'il connaissait ses pensées, et les secrets desseins de son coeur, il voulait l'amener à se re pentir de son criminel projet: «Le soir donc étant venu, il se mit à table avec ses douze disci ples»
  • Saint Rémi
    Il dit: «Avec les douze»,car Judas était encore du nombre des Apôtres, bien qu'il en fût déjà séparé par les dispositions de son âme.
  • Saint Jérôme
    Judas se conduit en tout de manière à éloigner de lui le soupçon de trahison.
  • Saint Rémi
    Et voyez par quel rapprochement touchant Notre-Seigneur, selon le récit de l'Évangéliste, se met à table lorsque le soir fut venu; car c'était vers le soir que l'agneau de vait être immolé.
  • Rabanus Maurus
    C'est le soir qu'il se met à table avec ses disciples, car c'est dans la passion du Sauveur, lorsque le soleil véritable approchait de son déclin, que l'éternel festin fut préparé à tous les fidèles.
  • Saint Jean Chrysostome
    L'Évangéliste nous fait remarquer que c'est pendant qu'ils étaient à ta ble, que Jésus parle de la trahison de Judas, pour faire ressortir la noirceur de ce traître par les circonstances du temps, et de ce repas auquel il participe lui-même. «Et pendant qu'ils man geaient, il leur dit: «Je vous dis en vérité que l'un d'eux doit me trahir», etc.
  • Saint Léon le Grand
    Il montre par là que la conscience du traître lui était connue. Il ne le confond point par un repro che sévère et direct, mais il se contente de lui donner un avertissement indirect et plein de dou ceur, pour amener plus facilement à se repentir de ses criminels desseins celui que le mépris n'aurait pas encore flétri.
  • Origène
    Ou bien, il parle en termes généraux, pour en appeler au témoignage de leur cons cience, et faire ainsi connaître les dispositions intérieures de chacun d'eux. Il veut aussi dévoi ler la méchanceté de Judas qui ne se rendait même pas à la voix de celui qui connaissait ses projets. Il avait cru d'abord, je pense, pouvoir en dérober la connaissance à Jésus-Christ comme à un homme, mais lorsqu'il vit que sa conscience était à découvert devant lui, il voulut profiter du secret dont le Sauveur avait comme enveloppé ses paroles, joignant ainsi au crime de l'incrédulité le crime de l'impudence. Notre-Seigneur veut enfin faire éclater la délicatesse de conscience de ses disciples qui s'en rapportaient bien plus aux paroles de leur Maître qu'au témoignage de leur propre coeur: «Et ils furent contristés, et chacun d'eux commença à lui dire: «Est-ce moi Seigneur ?»Car les enseignements de Jésus avaient appris à chacun d'eux que la nature humaine peut facilement tourner au mal, et qu'elle est toujours en lutte avec les princes de ce monde de ténèbres. Aussi la crainte s'empare de leur âme, et sous cette impres sion, chacun d'eux interroge le Sauveur; ainsi devons-nous, à leur exemple, craindre tout de l'avenir, nous qui sommes si faibles. Or, le Seigneur, les voyant ainsi pleins de la crainte d'eux-mêmes, désigne le traître à l'aide d'un témoignage prophétique «Celui qui mangeait mon pain à ma table a fait éclater sa trahison contre moi» ( Ps 41,10 ).
  • Saint Jérôme
    O patience admirable de Jésus-Christ ! Il avait commencé par dire: «Un de vous me trahira»,le traître persévère dans ses criminels desseins, il le désigne plus clairement, sans toutefois le nommer. Et cependant, alors que tous les autres sont attristés, qu'ils retirent leur main, et n'osent porter les mets à leur bouche, judas pousse la témérité et l'impudence qui doivent bientôt faire de lui un traître, jusqu'à mettre la main dans le plat avec son Maître, pour se couvrir audacieusement de l'apparence hypocrite d'une bonne conscience.
  • Saint Jean Chrysostome
    Pour moi, je crois que le Sauveur a permis que Judas portât la main avec lui dans le plat, pour lui inspirer une salutaire confusion, et réveiller dans son coeur le sentiment de l'amour qu'il lui devait.
  • Rabanus Maurus
    Saint Matthieu désigne ce plat par l'expression in parop side, saint Marc, par cette autre, in catino. Or, le premier est un plat quadrangulaire sur lequel on sert les mets solides, et qui est ainsi appelé des quatre côtés égaux dont il est composé ( paribus assibus); et le second est un vase de terre destiné à contenir les mets liquides. Or, il est très-possible qu'il y eût sur la table un plat de terre, de forme quadrangulaire.
  • Origène
    C'est le caractère particulier des hommes parvenus aux dernières limites du mal, de dresser après un repas pris en commun, des embûches à des hommes qui n'ont jamais nourri contre eux aucun sentiment de haine; c'est ainsi qu'après cette cène toute spirituelle, vous verrez éclater toute la noirceur de la malice du traître Judas, qui trahit son Maître sans se souvenir de son amour qui lui avait tant de fois prodigué, d'un côté ses bienfaits extérieurs, de l'autre ses divins enseignements. Tels sont dans l'Église tous ceux qui tendent des embûches à leurs frères après s'être approchés souvent avec eux de la même table du corps de Jésus-Christ.
  • Saint Jérôme
    Judas ne se rend ni au premier ni au second avertissement pour se retirer de la voie où il est engagé; c'est pourquoi le Seigneur lui prédit son châtiment pour essayer de convertir par la menace des supplices qui l'attendent, celui dont la honte n'a pu triompher: «Pour ce qui est du Fils de l'homme, il s'en va», etc.
  • Saint Rémi
    C'est le propre de l'humanité d'aller et de revenir, mais la divinité reste toujours ce qu'elle est, et comme dans le Sauveur l'humanité a pu souffrir et mourir d'une manière divine, il dit avec raison: «Le Fils de l'homme s'en va». Il ajoute clairement: «Selon ce qui a été écrit de lui»; car tout ce que le Christ a souffert a été prédit par les prophètes.
  • Saint Jean Chrysostome
    Son dessein, en parlant de la sorte, est de consoler ses disciples et de prévenir la pensée qu'il souffrait par faiblesse et par impuissance. Il veut aussi convertir le traître Judas; car bien que la passion de Jésus fut prédite, Judas n'en est pas moins coupable; en effet, ce n'est pas la trahison de Judas qui a opéré notre salut, mais la sagesse de Jésus-Christ qui se servait de la méchanceté des hommes pour notre bien, aussi ajoute-t-il: «Mais malheur à l'homme par le moyen duquel il sera trahi», etc.
  • Origène
    Il ne dit pas: Malheur à l'homme par qui, mais: «Par le moyen duquel» le Fils de l'homme sera trahi, pour nous montrer qu'il y en avait un autre qui le trahissait, c'est-à-dire le démon ( Jn 13,2 ), et que Judas n'était que l'instrument de sa trahison. Or, malheur à tous ceux qui trahissent le Christ, et tous ceux qui trahissent les disciples de Jésus-Christ trahissent Jésus-Christ lui-même.
  • Saint Rémi
    Malheur aussi à tous ceux qui s'approchent de la table de Jésus-Christ avec une conscience mauvaise et souillée par le péché; car bien qu'ils ne livrent pas Jésus-Christ aux Juifs pour être crucifié, ils le livrent cependant à leurs membres d'iniquité pour se l'incorporer. Il ajoute pour faire ressortir davantage l'énormité du crime de Judas: «Il vaudrait mieux pour lui qu'il ne fût jamais né».
  • Saint Jérôme
    Il ne faut cependant pas conclure de ces paroles que Judas ait pu exister avant de naître, par la raison que le bien ne peut arriver qu'à celui qui existe; le Sauveur veut donc dire simplement qu'il vaut beaucoup mieux ne pas exister, que de vivre d'une vie livrée au mal.
  • Saint Augustin
    Et si quelqu'un prétend qu'il y a une vie antérieure à celle-ci, il sera forcé de convenir qu'il n'était pas avantageux de naître non-seulement pour Judas, mais pour aucun autre. Ou bien, Jésus dit-il qu'il ne lui était pas avantageux de naître au démon, c'est-à-dire pour le péché? Ou était-il bon pour Judas de ne pas naître en Jésus-Christ par sa vocation, pour ne pas devenir un apostat ?
  • Origène
    Après que tous les Apôtres eurent interrogé le Sauveur, et qu'il eut désigné indirecte ment le traître, Judas hasarde la même question dans une intention pleine de fourberie, et pour cacher son projet de trahison, en interrogeant Jésus comme les autres Apôtres, car la vraie tristesse ne peut souffrir de retard: «Judas qui fut celui qui le trahit, p renant la parole, dit: Est-ce moi, maître ?»
  • Saint Jérôme
    C'est ici ou le témoignage d'une flatterie hypocrite, ou l'expression de son incrédulité, car tandis que les autres Apôtres, qui ne devaient pas le trahir, lui disent: «Est-ce moi, Seigneur ?»Judas, qui va consommer le crime de trahison, l'appelle «Maître», et non pas Seigneur, comme si c'était pour lui une excuse de n'avoir trahi que son maître, puisqu'il niait qu'il fût son Seigneur.
  • Origène
    Ou bien, il s'exprime ainsi par esprit de moquerie, appelant Maître celui qu'il croyait indigne de porter ce nom.
  • Saint Jean Chrysostome
    Le Seigneur aurait pu lui dire: Vous êtes convenu de la somme d'argent que vous devez recevoir, et vous osez encore me faire cette question? Mais Jésus plein d'une ineffable dou ceur ne lui dit rien de semblable, pour nous tracer à nous-même la ligne de conduite et les rè gles que nous devons suivre: «Il lui répondit: Vous l'avez dit».
  • Saint Rémi
    Ce qui peut s'entendre de la sorte: C'est vous qui le dites, et vous dites vrai, ou bien, c'est vous qui le dites et non pas moi. Jésus offrait ainsi à Judas l'occasion de se repentir, en ne dévoilant pas entièrement la perversité de ses desseins.
  • Rabanus Maurus
    Judas put encore faire cette question et Jé sus lui répondre de la sorte pour ne point attirer l'attention des autres Apôtres sur ce qui venait d'avoir lieu.

Ce site veut vous aider à mieux comprendre les Évangiles grâce aux précieux commentaires des Pères de l'Église. Ces commentaires proviennent d'aussi loin que le IIIe siècle, jusqu’à leur compilation par saint Thomas d’Aquin dans un ouvrage intitulé la Chaîne d’or (Catena aurea) au XIIIe siècle.

Les textes des Évangiles sont tirés de la Bible catholique Crampon
Les textes des commentaires sont une traduction par l’Abbé J-M Peronne, Louis Vivès éditeur, 9 rue Delambre, 1868

Cet outil a été conçu par Miguel Morin.