Évangile :
Chapitre :
Verset :

Matthieu 26, 1 - 2

1Or, quand Jésus eut achevé tous ces discours, il dit à ses disciples : " Vous savez que la Pâque a lieu dans deux jours, 2et le Fils de l'homme va être livré pour être crucifié. " 
  • Saint Hilaire
    Après avoir prédit que son second avènement aurait lieu dans tout l'éclat de sa gloire, Notre-Seigneur annonce que sa passion approche, pour faire comprendre à ses disciples l'union étroite qui existe entre le mystère de la croix et la gloire de l'éternité: «Et Jésus ayant achevé tous ses discours».
  • Rabanus Maurus
    C'est-à-dire touchant la fin du monde et le jour du jugement, ou bien pour signifier qu'il avait achevé toutes les oeuvres et toutes les prédications qui étaient l'objet de sa mission, depuis le commencement de l'Évangile jusqu'à sa passion.
  • Origène
    L'Évangéliste ne dit pas simplement: Tous les discours, mais: «Tous ces discours», car le Sauveur devait encore en prononcer d'autres avant d'être livré à ses ennemis.
  • Rabanus Maurus
    Comme nous le voyons également dans saint Jean, Jésus vint à Béthanie six jours avant la Pâque, et, de là, se rendit à Jérusalem, où il fit son entrée monté sur un ânon, et c'est alors qu'il faut placer tous les événements qui eurent lieu à Jérusalem, d'après le récit des Évangélistes. Quatre jours s'étaient donc écoulés depuis l'arrivée de Jésus à Béthanie, puisque deux jours seulement le séparait de la Pâque. Il y a cette différence entre la Pâque et le jour des azymes, que le nom de Pâque était spécialement réservé au jour où on immolait, sur le soir, l'agneau pascal, c'est-à-dire au quatorzième jour de la lune du premier mois; et le quinzième jour qui correspond à la sortie du peuple juif de l'Egypte, avait lieu la fête des azymes. Cependant, les Évangélistes prennent indifféremment un jour pour l'autre.
  • Saint Jérôme
    Le mot Pâque (en hébreu pha sach ) ou passage ne vient pas du mot grec gáóåßí (souffrir), et ne signifie point passion, mais passage, parce qu'en effet l'ange exterminateur, en voyant le seuil des portes des Israélites marqué du sang de l'agneau, passa sans les frapper ( Ex 12,13 ), ou bien, parce que le Seigneur passa lui-même au-dessus d'eux pour venir au secours de son peuple.
  • Saint Rémi
    Ou bien encore, ce nom vient de ce que le peuple d'Israël, délivré par la puissance du Seigneur, a passé de la servitude d'Egypte à la vraie liberté.
  • Origène
    Notre-Seigneur ne dit pas: La Pâque sera ou viendra, mais «se fera», pour montrer qu'il ne voulait point parler de la pâque qui se célébrait conformément à la loi ( Ex 12 ), mais d'une pâque nouvelle, telle qu'on ne l'avait point faite jusqu'alors.
  • Saint Rémi
    Le mot pâque a un sens mystérieux, parce que c'est en ce jour que Jésus-Christ a passé du monde à son Père, de la Corruption à l'incorruptibilité, de la mort à la vie; ou bien, parce qu'il a délivré le monde de l'esclavage du démon par son passage plein de grâce. Après les deux jours de la brillante lumière que répan dent l'Ancien et le Nouveau Testament, la véritable pâque est célébrée ( 1Co 5,7 ); nous célébrons aussi notre Pâque ou notre passage, si nous laissons les choses de la terre pour nous hâter de nous diriger vers les choses du ciel.
  • Origène
    Le Sauveur prédit à ses disciples qu'il sera livré, en ajoutant: «Et le Fils de l'homme sera livré pour être crucifié». Il les avertit d'avance, dans la crainte qu'ils ne soient stupéfaits et interdits en voyant leur maître attaché à la croix sans avoir été préparés. Il se sert de cette expression impersonnelle: «Il sera livré», parce que Dieu l'a livré par miséricorde pour le genre humain; Judas par avarice; le démon par la crainte de voir les enseignements du Sauveur arracher les hommes à. sa puissance, et il ne voyait pas que le genre humain serait bien plus efficacement délivré par la mort de Jésus-Christ qu'il ne l'avait été par sa doctrine et par ses miracles.

Ce site veut vous aider à mieux comprendre les Évangiles grâce aux précieux commentaires des Pères de l'Église. Ces commentaires proviennent d'aussi loin que le IIIe siècle, jusqu’à leur compilation par saint Thomas d’Aquin dans un ouvrage intitulé la Chaîne d’or (Catena aurea) au XIIIe siècle.

Les textes des Évangiles sont tirés de la Bible catholique Crampon
Les textes des commentaires sont une traduction par l’Abbé J-M Peronne, Louis Vivès éditeur, 9 rue Delambre, 1868

Cet outil a été conçu par Miguel Morin.