Évangile :
Chapitre :
Verset :

Matthieu 1, 9 - 11

9Ozias engendra Joatham; Joatham engendra Achaz; Achaz engendra Ezéchias; 10Ezéchias engendra Manassé; Manassé engendra Amon; Amon engendra Josias; 11Josias engendra Jéchonias et ses frères, au temps de la déportation à Babylone. 
  • Saint Jérôme
    Nous lisons au quatrième livre des Rois (4 R 8, 24 ; 11, 2ss) que Joram engendra Ochosias, et qu'à la mort de ce dernier, Josabeth, fille du roi Joram et soeur d'Ochosias, enleva Joas fils de son frère, pour le soustraire au massacre commandé par Athalie. Joas eut pour successeur son fils Amasias ; après Amasias, régna son fils Azarias, qui fut appelé Ozias et auquel succéda son fils Joathan. Ce témoignage historique vous démontre l'existence de trois rois que l'Évangéliste n'a point insérés dans sa généalogie. Joram, en effet, n'a pas engendré Osais, mais Ochosias et les deux autres que nous venons de citer. La raison de cette omission est que l'Évangéliste s'était proposé trois séries de quatorze noms chacune, correspondant à trois différentes époques. Ajoutons que Joram s'était allié à la famille de l'impie Jézabel, et qu'en punition de cette alliance son souvenir est effacé jusqu'à la troisième génération, et son nom jugé indigne de figurer parmi ceux qui forment la généalogie du Sauveur.
  • Saint Hilaire
    Après avoir épuré la généalogie du Christ de tout contact avec la gentilité, l'Évangéliste reprend sa descendance royale dans la quatrième des générations qui suivent.
  • Saint Jean Chrysostome
    L'Esprit saint avait prédit par le Prophète que Dieu détruirait tout enfant mâle de la race d'Achab et de Jézabel, et cette prédiction fut accomplie par Jéhu fils de Nanzi, à qui Dieu avait promis que ses enfants s'assiéraient sur le trône d'Israël jusqu'à la quatrième génération. La bénédiction que Dieu répandit sur Jéhu pour avoir tiré vengeance de la maison d'Achab, fut égale à la malédiction dont il frappa la maison de Joram à cause de son alliance avec la fille de l'impie Achab et de Jèzabel.
  • Saint Jean Chrysostome
    Jusqu'à la quatrième génération, ses enfants sont retranchés du catalogue des rois, et ainsi son péché descend sur ses enfants, selon qu'il avait été écrit (Ex 34, 7) : " Je punirai les péchés des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération. " voyez par là quels dangers entraînent les alliances avec les impies.
  • Saint Augustin
    C'est avec justice que les noms d'Ochosias, de Joas et d'Amazias ne figurent pas dans cette généalogie avec les autres ; car leur impiété continua pendant toute leur vie sans interruption et sans intervalle. Salomon dut au mérite de son père et Roboam au mérite de son fils d'avoir été conservés parmi les rois dans la généalogie du Sauveur. Quant à ces trois rois impies, leurs noms en ont été retranchés, car l'exemple du vice entraîne la ruine de toute une race quand il est donné avec éclat et sans discontinuité.
  • La Glose
    C'est à Ezéchias qui était sans enfant qu'il fut dit : " Mets ordre à ta maison, parce que tu mourras bientôt (Is 38) ". Il versa des larmes en entendant ces paroles, non pas qu'il désirait une vie plus longue, car il savait que Salomon avait été agréable à Dieu en ne demandant pas une longue suite d'années, mais il se voyait sans enfants, lui, descendant de David, d'où devait naître le Christ, et il craignait que les promesses de Dieu ne pussent s'accomplir.
  • Saint Jean Chrysostome
    Le livre des Rois ne nous présente pas le même ordre dans les générations (4 R 23, 30.31). Nous lisons que Josias engendra Eliachim, plus tard appelé Joachim, et Joachim, Jéchonias. Mais Joachim a été rayé du nombre des rois, parce que ce n'était pas le choix du peuple de Dieu qui l'avait placé sur le trône, mais Pharaon qui l'avait imposé par force. Car si trois princes ont été justement effacés du catalogue des rois, uniquement à cause de leur alliance avec la famille d'Achab, pourquoi Joachim n'aurait-il pas été lui-même éliminé, lui que Pharaon en guerre avec le peuple de Dieu lui avait imposé par violence ? Voilà pourquoi Jéchonias fils de Joachim et petit-fils de Josias, a pris la place de son père dans la généalogie comme s'il était fils de Josias. 
  • Saint Jérôme
    Ou bien il nous faut admettre que le premier Jéchonias est le même que Joachim, le second est le fils et non pas le père ; le nom du premier s'écrit par unk et un m, celui du second lias ch et n, ce qui s'est trouvé confondu dans le texte grec et dans le texte latin par la négligence des copistes et la longue suite du temps.
  • Saint Ambroise
    Nous lisons dans les livres des Rois qu'il y eut deux Joachim : " Joachim dormit avec ses pères, et son fils Joachin régna en sa place (4 R 24, 5-6). Or c'est ce fils que Jérémie appelle Jéchonias (Jér 22, 24 ; 1 Paral 3, 16-17). Saint Matthieu en inscrivant le nom de Jéchonias et non celui de Joachim, n'a pas voulu s'exprimer autrement que le Prophète, et par là il a fait ressortir davantage les effets de la bonté du Seigneur. Nous ne le voyons pas, en effet, rechercher la noblesse qui vient des ancêtres, mais il préfère pour aïeux des pécheurs réduits en esclavage, parce qu'il venait lui-même prêcher la délivrance à ceux que le péché retenait captifs. L'Évangéliste n'a donc pas voulu supprimer l'un des deux rois, mais il les a exprimés tous deux par le nom de Jéchonias qui leur était commun.
  • Saint Rémi
    Mais comment l'Évangéliste peut-il dire que ces princes naquirent dans l'exil, tandis que leur naissance a précédé l'époque de la transmigration ? C'est qu'ils semblent n'avoir été mis au monde que pour être arrachés du trône et emmenés captifs en punition de leurs péchés et de ceux du peuple, et comme Dieu prévoyait leur captivité future, l'Évangéliste a pu dire qu'ils étaient nés dans la transmigration. Remarquons ici que tous ceux qu'il a fait entrer dans la généalogie du Sauveur ont été également remarquables par l'éclat de leurs vertus ou de leurs vices ; c'est ainsi que par leurs vertus Juda et ses frères se sont rendus dignes d'éloge, tandis que Phares et Zara, Jéchonias et ses frères ne se sont fait remarquer que par le dérèglement de leur vie.
  • La Glose
    Dans un sens mystique, David est la figure du Christ qui a terrassé Goliath (c'est-à-dire le démon). Une, dont le nom signifie Dieu est ma lumière,est le symbole du démon, qui avait dit : " Je serai semblable au Très-Haut (Is 14, 14). " L'Église lui était unie lorsque le Christ la voyant des hauteurs de la majesté divine, il l'aima, la rendit belle et la prit pour épouse. Ou bien Urie représente le peuple juif qui se glorifiait de posséder la lumière dans la loi ; le Christ est venu lui enlever la loi, en lui montrant qu'il en était lui-même l'objet. Bersabée signifie le puits de satiété, c'est-à-dire l'abondance de la grâce spirituelle.
  • Saint Rémi
    Bersabée peut s'interpréter aussi le septième puits ou le puits du serment, et elle représente la fontaine du baptême dans laquelle on reçoit l'Esprit saint avec ses sept dons, et on prononce des adjurations contre le démon. Le Christ est aussi Salomon le pacifique, selon ces paroles de l'Apôtre : " Il est lui-même notre paix. " (Ep 2) Il est Roboam ou l'étendue du peuple, d'après ses propres paroles : " Il en viendra un grand nombre d'Orient et d'Occident. " (Mt 8, 11)
  • Rabanus Maurus
    Ou bien il estl'impétuosité du peuple, lui qui a si rapidement converti les peuples à la foi.
  • Saint Rémi
    Il est Abias, c'est-à-dire le Seigneur Père, d'après ces paroles (Mt 23) : "Vous n'avez qu'un seul Père qui est dans les cieux. " Et ces autres : " Vous m'appelez Maître et Seigneur. " (Jn 13.) Il est Aza, c'est-à-dire celui qui ôte, au sens de ces paroles : " Voilà celui qui efface les péchés du monde. " (Jn 1) Il est aussi Josaphat, celui qui juge, car il dit lui-même : " Dieu a donné tout jugement au Fils. " (Jn 5) Il est Joram le sublime, selon ces autres paroles : " Personne ne monte au ciel que celui qui descend du ciel. " (Jn 3) Il est Ozias, le fort du Seigneur, d'après ces paroles du Psalmiste : " Le Seigneur est ma force et ma gloire. " (Psaume 117.) Il est Joatham, celui qui est consommé en perfection, lui dont l'Apôtre a écrit : " Le Christ est la fin de la loi. " (Rm 10) Il est Achaz, celui qui convertit, selon ces paroles : " Convertissez-vous à moi. " (Za 1)
  • Rabanus Maurus
    Ou bien il est celui qui comprend, car personne ne connaît le Père si ce n'est le Fils (Mt 11, 27).
  • Saint Rémi
    Il est Ezéchias, c'est-à-dire le Seigneur fort ou le Seigneur a fortifié, lui qui a dit : " Ayez confiance, j'ai vaincu le monde. " (Jn 16) Il est aussi Manassé, celui qui est porté à oublier ou qui a oublié, selon ce qui est écrit : " Je ne me rappellerai plus vos péchés. " (Is 43 ; Ez 28) Il est Amon, le fidèle,selon ces paroles du Psalmiste : " Le Seigneur est fidèle dans toutes ses paroles. "(Ps. 144.) Il est Josias, l'encens du seigneur, selon ces paroles : " Étant tombé en agonie, il redoublait ses prières. " (Luc, 22.)
  • Rabanus Maurus
    Que l'encens soit le symbole de la prière, c'est le Psalmiste lui-même qui l'enseigne : " Que ma prière s'élève comme l'encens en votre présence. " (Ps 140.) Ou bien encore il est le salut du Seigneur, selon ces paroles d'Isaïe : " Le salut que je donnerai sera éternel. " (Is51)
  • Saint Rémi
    Il est Jéchonias, celui qui prépare ou la préparation du Seigneur,comme il le dit de lui-même : " Si je m'en vais et que je vous prépare une place. "(Jn 16)
  • La Glose
    Au sens moral, David a pour fils Salomon, le pacifique, car on devient pacifique dans ses moeurs lorsqu'on a su éteindre ses inclinations vicieuses, et ou semble jouir déjà d'une paix éternelle un servant Dieu et en s'efforçant de convertir les autres à lui. Vient ensuite Roboam ou l'étendue du peuple, car celui qui a triomphé de tous ses défauts doit tourner ses efforts vers les autres et entraîner avec lui le peuple de Dieu vers les choses du ciel. Après lui, vient Abias, c'est-à-dire le Seigneur Père, car après tout ce que nous venons de dire, le Christ peut se glorifier d'être le Fils de Dieu. Alors il pourra devenir Asa, celui qui élève, et de vertu en vertu s'élever jusqu'à Dieu son Père. Alors encore il sera Josaphat,celui qui juge, car il jugera les autres sans être jugé par personne ; et c'est ainsi qu'il deviendra Joram, c'est-à-dire le sublime, qui semble habiter dans les cieux. Il devient de la sorte Osais ou le fort du Seigneur, qui attribue toute sa force à Dieu et persévère dans ses résolutions. Après Osais vient Joatham, le parfait, car il avance tous les jours en perfection, et c'est ainsi qu'il devient Achaz ou celui qui comprend, parce que la connaissance se développe par les oeuvres, selon qu'il est écrit : " Ils ont annoncé les oeuvres de Dieu, et ils ont compris ses actions. Vient ensuite Ezéchias, c'est-à-dire le Seigneur fort, car il comprend toute la force de Dieu et c'est pour que cela converti à son amour il devient Manassé, celui qui oublie, et qui perd le souvenir des choses de la terre. Il devient ainsi Amon, c'est-à-dire fidèle, car celui qui méprise les choses de la terre ne fait tort à personne dans ses biens, et il devient par là Josias, qui veut dire salut du Seigneur, car il attend avec confiance et sécurité le salut qui vient de Dieu.

Ce site veut vous aider à mieux comprendre les Évangiles grâce aux précieux commentaires des Pères de l'Église. Ces commentaires proviennent d'aussi loin que le IIIe siècle, jusqu’à leur compilation par saint Thomas d’Aquin dans un ouvrage intitulé la Chaîne d’or (Catena aurea) au XIIIe siècle.

Les textes des Évangiles sont tirés de la Bible catholique Crampon
Les textes des commentaires sont une traduction par l’Abbé J-M Peronne, Louis Vivès éditeur, 9 rue Delambre, 1868

Cet outil a été conçu par Miguel Morin.